jump to navigation

Préjugés sociologiques universitaires : le poids de l’Islam 17 janvier 2021

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 176 fois | trackback

(Une critique de l’article Stéréotypes sexistes dans le monde : le poids de la religiosité, paru dans « The Conversation »)

J’ai rédigé une critique de ce papier intéressant, non pas par ses conclusions mais parce que ce genre d’article est très révélateur des biais de la sociologie universitaire.

De quoi parle-t-on ?

Denise Bombardier fait le lien, nous le verrons à juste titre, entre Islam et préjugés sexistes en s’appuyant sur une publication de l’ONU (http://hdr.undp.org/sites/default/files/hd_perspectives_gsni.pdf, table A1 page 20).

Pour les auteurs, ce lien correspond visiblement à une stigmatisation inacceptable de l’Islam. L’article vise donc à amoindrir la responsabilité de l’Islam et prétend donner à cette défense un argument scientifique – on n’est pas sociologue pour rien. L’article paraît dans « The Conversation », magazine qui est une sorte de niveau à bulles de la sociologie politiquement correcte, de gauche.

Quel est le raisonnement ?

Les auteurs constatent bien (comment faire autrement ?) le lien entre Islam et sexisme : les 23 pays musulmans affichent un niveau de préjugés sexistes « plus élevé » que les 52 autres pays analysés. A noter que le terme « plus élevé » est un euphémisme: selon la mesure utilisée, le sexisme en pays musulman est jusqu’à deux fois supérieure à celle des pays non musulmans (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02903144v2/document, figure 4)

Les auteurs introduisent alors 2 autres variables :

  • La religiosité du pays (selon les réponses à un questionnaire demandant aux habitants quelle est l’importance de la religion dans leur vie. L’index varie de 1 « sans importance » à 4 « très importante »)
  • Le « niveau de développement humain » du pays

Faisant alors appel à un « modèle » mathématique, ils concluent alors que l’Islam a peu ou pas d’impact sur le sexisme. En réalité, la religiosité du pays et le niveau de développement humain sont les facteurs les plus importants. Toutes les religions sont donc aussi coupables que l’Islam… Prétendre le contraire tient sans doute de l’islamophobie. Circulez, y’a rien à voir !

(Cette technique qui consiste, non pas à nier les excès de l’Islam mais à les relativiser en les étendant à d’autres religions, et en particulier au christianisme est par ailleurs un symptôme d’islamo-gauchisme. On va par exemple comparer le voile des musulmanes à celui des bonnes soeurs, le burkini à la soutane, etc. L’islamo-gauchisme n’est pas mon sujet ici, mais je le mentionne car j’ai l’intention d’en caractériser les principales caractéristiques dans de prochains billets)

Quelles sont les erreurs des auteurs ?

Les erreurs commettent en réalité une erreur indigne d’un élève de Terminale, ce qui fait qu’il est difficile de penser que cette erreur n’est pas due à leur idéologie, difficile aussi de penser que l’erreur n’est pas volontaire.

Pour effectuer leur analyse, les auteurs ont supposé que leurs trois variables (Islam, religiosité, niveau de développement humain) étaient indépendantes. Or elles ne le sont évidemment pas. Par exemple, aucun pays musulman n’a un indice de religiosité inférieur à 3 (indice très élevé). Les pays ayant des indices inférieurs à 2,5 sont des pays chrétiens, ou asiatiques (notion de religion différente), ou des pays où la liberté religieuse n’existe pas. Cela est tout à fait compréhensible car on peut sortir sans problème de la religion chrétienne (qui est donc compatible avec une faible religiosité) et non de la religion musulmane (ce qui entraîne évidemment un biveau de religiosité supérieur).  Par conséquent, on voit bien que les variables « pays musulman » et « religiosité » sont intimement liées. En réalité, ce que les auteurs ont introduit sous le nom de religiosité, c’est, très largement, l’Islam sous un autre nom.

Le lien entre indice de développement humain (HDI) et islam est aussi évident. Le HDI prend en compte le niveau de vie et d’éducation. Les pays musulmans, non démocratiques sauf exception, ont un niveau de vie plus faible (on peut imaginer que l’Islam joue un rôle) et un niveau d’éducation faible (il est certain que l’Islam joue un rôle). Là aussi, ce que les auteurs observent, à travers cette deuxième variable, c’est très largement l’Islam.

Qu’auraient dû faire les auteurs ?

La technique de base à utiliser pour ce genre d’analyse est non pas l’impact des variables sur la variance, comme l’ont fait les auteurs mais une analyse en composantes principales (ACP). Une telle analyse, couplée à des techniques de regroupement des variables redondantes (grâce par exemple à une « matrice des corrélations » ou à un « cercle des corrélations »), d’élimination des critères non pertinents et éventuellement de clusterisation permettrait d’obtenir une idée réellement objective de l’impact de l’Islam sur le sexisme et de la quantifier.

Elle conclurait évidemment que l’impact de l’Islam est extrêmement fort, une simple lecture attentive des données, telle que celle que j’ai faite plus haut, suffit à s’en convaincre. Il faut sans doute être sociologue universitaire pour ne pas faire le lien.

Pourquoi donc Denise Bombardier arrive-t-elle, sans utilisation d’aucun modèle, à de meilleures conclusions que les savants auteurs de The Conversation ?

Parce que

« Ceux qui n’ont aucune science sont dans une situation meilleure, et supérieure, par leur prudence naturelle, que ceux qui, en raisonnant de travers ou en faisant confiance à ceux qui raisonnent faussement, parviennent à des règles générales fausses et absurdes »

(Thomas Hobbes, Leviathan, chapitre  5 « De la raison et de la science »).
Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?