jump to navigation

Alain Juppé n’est pas Pierre Mendès France 6 novembre 2016

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 236 fois | ajouter un commentaire

“Celui qui est devant vous, et dont le sentiment sur le problème de l’Indochine n’a pas varié, fait appel, pour le soutenir, à une majorité constituée par des hommes qui n’ont jamais directement ou indirectement épousé la cause de ceux qui nous combattent, d’hommes qui, en conséquence, peuvent revendiquer la confiance de nos soldats et négocier en toute indépendance avec l’adversaire.”

Pierre Mendès-France, discours d’investiture, 1954

En 1954, quand Pierre Mendès France fut investi Président du Conseil pour mettre fin à la guerre d’Indochine, il refusa de comptabiliser les voix communistes. Tout soutien est une dépendance politique. Il considéra que, les communistes étant depuis des années devenus des alliés objectifs de l’ennemi, accepter leur soutien aurait été une forme de trahison de la nation qui lui lierait les mains dans la négociation qui allait s’ouvrir.

Le problème qui se pose aujourd’hui dans les élections primaires de la Droite est rigoureusement identique et les sarkozystes ont tout à fait raison de le signaler (à ceci près, qu’évidemment, la leçon de gouvernement classique donnée par PMF est remplacée par une sorte de tragi-comédie ridicule : passer de PMF à Sarkozy, c’est comme passer de Corneille à Marivaux).

François Bayrou a depuis longtemps trahi les intérêts de la Droite et a appelé à voter Hollande contre Sarkozy en 2012. Il appelle aujourd’hui à soutenir Juppé mais précise que si Juppé n’est pas choisi, il ne respectera pas le résultat de l’élection et jouera alors son propre jeu contre celui de la Droite.

Le risque qu’encourt Juppé est double. Outre le problème moral évident, le soutien qu’il accepte de Bayrou est une mise sous dépendance, qui le privera de moyens futurs d’agir.

La position de PMF peut sembler au départ irrationnelle, puisqu’elle peut conduire à échouer dans la conquête du pouvoir. En réalité, c’est la seule position rationnelle possible, celle qui permet de faire quelque chose quand on est au pouvoir. L’échec du quinquennat actuel de François Hollande est inscrit dans la multiplicité des soutiens ambigus et irréconciliables (Verts, Front de Gauche, Frondeurs, Gauche libérale, Modem, etc…) qui ont empêché le Président de gouverner dès le premier jour.

Si Juppé ne veut pas tomber dans ce double piège, il devrait refuser publiquement le soutien de Bayrou, demander aux électeurs du Modem de ne pas se déplacer. Ceci jusqu’à ce que Bayrou s’engage lui-même publiquement à soutenir le vainqueur de l’élection primaire, quel qu’en soit le résultat.

Billets associés :
del.icio.us:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France digg:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France spurl:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France wists:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France simpy:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France newsvine:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France blinklist:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France furl:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France reddit:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France fark:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France blogmarks:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France Y!:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France smarking:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France magnolia:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France segnalo:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France gifttagging:Alain Juppé n'est pas Pierre Mendès France