jump to navigation

Du conflit comme symptôme politique 19 novembre 2008

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 2 040 fois | trackback

Lorsque la conjoncture devient défavorable dans un secteur, il y a de plus en plus de procès entre les entreprises.

Pourquoi ? Parce que lorsque la part de gâteau de chacun se réduit, on a tendance à se battre comme des chiens pour des miettes et à penser que notre part est captée par “les autres” (alors que lorsque le gâteau grossit, une entreprise bouffe un maximum sans trop se préoccuper des autres).

C’est exactement ce qui se passe au PS. Depuis 20 ans, le PS perd régulièrement du pouvoir. Aujourd’hui, il est débordé à droite, au centre, et sur sa gauche. Il n’a plus d’espace. Et les dirigeants s’étripent JUSTEMENT parce qu’il n’y a plus grand chose à partager, pour avoir les miettes.

Si le PS était au pouvoir, il lui serait beaucoup plus facile de répartir postes, pouvoir et influence et de maîtriser les tensions.

Il est vain d’appeler le PS à la raison au nom de sa situation; au contraire, cette situation est la source du conflit.

Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?