jump to navigation

Dr House, Edgar Poe, Lacan: la Vérité est ailleurs. 15 septembre 2008

Par Thierry Klein dans : Dr House.
Lu 8 368 fois | trackback

Billet précédent sur Dr House: Elémentaire, mon cher Wilson !
Billet suivant : Dr House, Tintin de laboratoire


Avertissement: la citation ci-dessous est quasiment incompréhensible. Je ne me suis résolu à l’utiliser que pour faire avancer mon schmilblick.

Regardons de plus près ce qui arrive aux médecins. On ne nous fait grâce de rien quant aux procédés dont ils fouillent l’espace voué à leur investigation, de la répartition de cet espace en volumes qui n’en laissent pas se dérober une épaisseur, à l’aiguille sondant le mou, et, à défaut de la répercussion sondant le dur, au microscope dénonçant les excréments de la tarière à l’orée de son forage, voire le bâillement infime d’abîmes mesquins. À mesure même que leur réseau se resserre pour qu’ils en viennent, non contents de secouer les pages des livres à les compter, ne voyons-nous pas l’espace s’effeuiller à la semblance de la maladie ?

Cette citation est extraite d’une leçon de Jacques Lacan sur la Lettre volée, une fameuse nouvelle d’Edgar Poe.

La lettre volée est un objet que tout le monde recherche mais que seul le détective Auguste Dupin parvient finalement à retrouver en usant non pas de méthodes policières mais psychologiques.

Dans la citation de Lacan, j’ai juste remplacé les mots « policiers » et « lettre » par « médecins » et « maladie » pour montrer à quel point le commentaire de Lacan semble s’appliquer (mais par anticipation !) à Dr House.

Il y a d’un côté les médecins, qui cherchent méthodiquement, sans rien trouver de définitif, en utilisant des méthodes d’enquête purement médicales. La série ne nous épargne ni les moyens, ni les images « choc », en synthèse 3D, images spectaculaires mais finalement peu intéressantes concernant la progression de ces recherches qui ne sont que le pendant des recherches policières systématiques que Lacan décrit en des termes presque identiques:

“la série trop connue des cachettes extraordinaires : dont on nous donne la revue, des tiroirs dissimulés du secrétaire au plateau démonté de la table, des garnitures décousues des sièges à leurs pieds évidés, du revers du tain des glaces à l’épaisseur de la reliure des livres.”

D’un autre côté, le Dr House, la plupart du temps, comme le détective Dupin, ne participe pas aux recherches, ni aux examens, mais va lui résoudre la maladie par d’autres moyens.

Pour Lacan, tout est une question de « regard » :

Le premier est d’un regard qui ne voit rien : c’est le Roi, et c’est la police. (Cuddy, l’équipe du Dr House…)

Le second d’un regard qui voit que le premier ne voit rien et se leurre d’en voir couvert ce qu’il cache : c’est la Reine, puis c’est le ministre. (Certains membres de l’équipe du Dr House, pas toujours les mêmes, percent en général partiellement le mystère en s’inspirant de ses méthodes).

Le troisième qui de ces deux regards voit qu’ils laissent ce qui est à cacher à découvert pour qui voudra s’en emparer : c’est le ministre, et c’est Dupin enfin.” (Le Dr House)

Nous sommes partis du médical pour aller au policier, avec Sherlock Holmes et Dupin. Pour reboucler, Lacan emploie un terme médical, « La lettre en souffrance » pour traduire le titre de la nouvelle policière de Poe « The purloined letter ». Cette traduction est d’ailleurs aussi « mauvaise » que celle de Baudelaire, puisque « purloined » signifie « détournée », « prolongée », mais bien plus intéressante parce que Lacan sait parfaitement tout cela.

La Vérité est ailleurs et Lacan voit dans la nouvelle de Poe une représentation du fonctionnement du cerveau humain.

Je pense moi aussi aussi que la série Dr House décrit un mode de fonctionnement du cerveau humain, et que, ce faisant, elle va au-delà d’Edgar Poe. C’est ce qui en fait une série unique.

Je reviendrai là-dessus dans mon prochain billet, un peu plus reposant, qui portera sur le Dr House et Tintin.

Billets associés :

Commentaires»

1. Elémentaire, mon cher Wilson ! - 17 septembre 2008

[...] Billet suivant :Dr House, Edgar Poe, Lacan: la Vérité est ailleurs. [...]

2. Docteur House, Tintin de laboratoire - 13 octobre 2008

[...] mon premier billet sur Docteur House de son côté « Sherlock Holmes ». Mais nous avons vu que, sur le plan psychologique, Docteur House va bien plus loin que Sherlock [...]