jump to navigation

Aucune charge pénale contre Jérôme Kerviel ? 26 janvier 2008

Par Thierry Klein dans : General.
Lu 2 904 fois | trackback

Le plus drôle, dans l’affaire de la SG, c’est qu’il pourrait n’y avoir aucune charge sérieuse contre le trader impliqué. Un petit porteur a porté plainte pour “escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux, complicité et recel” (mais il ne doit pas avoir beaucoup d’éléments là dessus). La SG a porté plainte pour “faux et usage de faux” et pour “atteinte au système informatisé de traitement des données”. Notez à quel point ces motifs sont vagues et modérés.

Faux et usage de faux… D’abord, Dominique Strauss-Kahn vous dira que ce n’est pas bien grave, mais surtout, dans un contexte où le trader n’a pas dû avoir à produire beaucoup de justificatifs, vue l’absence de contrôle, l’absence probable de demandes écrites, ça ne mènera pas bien loin. En plus, il y avait forcément des gens au courant en interne (d’ailleurs, la SG semble ne pas invoquer l’abus de confiance)…

Escroquerie: s’il ne s’est rien mis dans la poche, il n’y aura pas escroquerie…

Reste l’atteinte au système informatique. Mais en tant que salarié, JK était déjà dans le système. Et la mise en place de mesures de sécurité est du ressort de la SG - en bref, la SG devra montrer qu’elle a mis en place les mesures de sécurité informatique adéquates, ce qui est peu probable. En gros, l’atteinte n’est une faute que si le système a fait l’objet d’une protection minimale. Il faudrait que JK ait détourné des mots de passe ou utilisé des connaissances informatiques spéciales lui permettant de hacker le système. Je parierais que ce n’est pas le cas - et/ou probablement, l’enquête montrera que d’autres que lui étaient au courant des failles et/ou les ont utilisé.

Bref, pénalement, il n’y aura sans doute pas grand chose. Même le licenciement pour faute lourde pourrait éventuellement être contesté devant des prud’hommes “bien orientés”, (c’est à dire enclins à adopter de façon scandaleuse le parti du salarié, comme ils le sont si souvent, paraît-il !).

J’imagine l’avocat de JK invoquant le stress au travail menant au pétage de plombs, la forte pression pour de meilleurs résultats, les usages en cours dans le service, l’absence totale de contrôle de l’activité du salarié, un système informatique défaillant - presque déjà une incitation !, la précipitation de la SG dans la liquidation des positions et pour finir la façon scandaleuse dont JK a été jeté en pâture aux média, l’atteinte à son honneur, sa déprîme, sa difficulté à se reconstruire, etc…

Ce serait quand même assez drôle que JK touche des indemnités au tribunal !

Ajout 27/01/2008: Ca vient de démarrer… Les avocats de JK dénoncent “les conditions volontairement précipitées et tout à fait anormales” dans lesquelles la banque “a liquidé des positions qui auraient pu se redresser avec le temps”.

Parlant du “scandale de la Société Générale” et dénonçant le “lynchage médiatique” de leur client, les deux avocats ont accusé le PDG de la Société Générale Daniel Bouton d’avoir “taxé” Jérôme Kerviel “de fraude” et de l’avoir “livré aux chiens”.

Selon eux, leur client “qui a été formé par la banque à faire du profit, n’a commis aucune malhonnêteté et n’a pas détourné un seul centime et n’a profité d’aucune manière des biens de la banque”.

Billets associés :

Commentaires»

1. SURBOONS - 26 janvier 2008

Ce qui paraît suspect c’est la violence des accusations du PDG, les qualificatifs employés. Pourquoi ? Avait-il déja une connaissance approfondie de l’affaire ? Si non cette réaction épidermique n’est pas digne d’un patron de ce niveau. Serait-il sur la défensive ? De mon bas niveau je ne peux pas tout comprendre, le silence est d’or …..

2. photo - 27 janvier 2008

On entend dire ici & là que l’affaire Dreyfus est de retour …