jump to navigation

Pôles de compétitivité: le début de la fin 15 janvier 2008

Par Thierry Klein dans : Technologies.
Lu 3 608 fois | trackback

Il aura fallu quand même 2 ans pour que surgisse enfin dans le Monde le début d’une ébauche de critique envers les pôles de compétitivité.

Evidemment, les pôles de compétitivité ne sont critiqués ni à gauche, ni à droite. La principale raison est que tout le monde touche… Il y a 71 pôles de compétitivité, presqu’autant que de départements !

Mélangez tout ça avec un peu de mise en scène pompeuse et les mots qui tuent (”innovation”, “société de l’intelligence“,”pôle régional”)…

Ce que j’observe (d’assez loin, c’est vrai) dans ma région, c’est 1) le vide sidéral au niveau du contenu des projets, 2) la débauche de créativité (est-ce là l’innovation dont on parle ?) dans les entreprises qui veulent avant tout aller à la soupe (c’est à dire prendre les subventions liées au pôle - le succès industriel est absolument secondaire).

La première chose à comprendre, c’est que la France ne peut pas se concentrer sur 71 pôles… Au maximum sur 4 ou 5, et encore. 71 pôles, ce ne sont plus des pôles, c’est de la dilution, du saupoudrage (plus ou moins bien) organisé. C’est un refus de choisir.

Mais 4 ou 5 pôles, évidemment, ça sera critiqué car tout le monde ne sera pas arrosé… Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, plus on est consensuel, moins on est efficace.

Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?