jump to navigation

Institutions: mais que va-t-il faire dans cette galère ? 18 juillet 2007

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 3 236 fois | trackback

La réforme institutionnelle n’était pas présente dans la campagne de Nicolas Sarkozy, ce qui était une sage précaution. Une telle réforme est conflictuelle, complexe, longue à mener et les effets positifs n’en sont que peu visibles à court-terme.

En lançant un travail sur les institutions, au final pour mettre en valeur l’ouverture, pour assoir son pouvoir, pour gagner les élections ou pour moderniser la vie politique (faîtes un choix), Sarkozy retarde forcément la mise en oeuvre des réformes initialement prévues dans sa campagne, réformes dont la légitimité apparaît comme supérieure du simple fait qu’elles ont été proposées avant son élection.

Qui plus est, plus on retarde les réformes “légitimes”, moins elles ont de chance d’aboutir.

Un gouvernement a un an au maximum - certains disent six mois - pour lancer les réformes en surfant sur la dynamique créée par l’élection, après quoi, il gère leur avancemement.

Si vraiment la réforme institutionnelle était indispensable, il fallait la lancer l’année prochaine. C’est un cas typique de remplacement de l’essentiel par l’accessoire, d’attente au détriment de l’objectif principal… Une sorte de Capoue politique.

Billets associés :

Commentaires»

1. Guyonnet Frederic - 9 septembre 2007

Un dossier de propositions est en cours de constitutions pour la direction, n hesitez pas a faire votre propre propsitions concernant le role du 1er ministre, les assemblees, le president. Deposer vos propositions sur : apre.over-blog.com/