jump to navigation

Complexe d’Orphée et Web 2.0 14 mai 2007

Par Thierry Klein dans : Technologies.
Lu 3 738 fois | trackback

De temps en temps, je laisse des spécifications techniques sur RentACoder, un site où on peut embaucher des développeurs freelance pour une tâché déterminée. Avantage: même pour des petits développements, il y a plein de développeurs qui répondent et ils sont évalués parce que leurs précédents "employeurs" leur ont laissé une note. Un peu le même système que sur eBay où acheteurs et vendeurs se laissent une évaluation.

La semaine dernière, je mets une annonce et j’ai le meilleur développeur de la planète qui me répond. Le gars est évalué comme "Top Super Coder" par le système (Il a 9,85 de moyenne sur plus de 100 évaluations. Les commentaires sont dythirambiques: ce type est à l’informatique du XXIème siècle ce qu’Einstein est à l aphysique du XXème). En plus, il n’est pas cher !

Bref, je m’apprête à le prendre, avant d’aller brûler un cierge pour remercier le ciel que ce pur génie ait daigné répondre à mon offre quand je vois qu’il a été évalué par Y…, un copain de Lille, avec qui je travaille de temps en temps. Y… lui a mis 9/10 - moins que la moyenne des évaluations - mais c’est un dur de dur ! Par acquit de conscience, j’envoie un mail à Y… pour lui demander ce qu’il pense de mon "Top Super Coder". Je vous livre brute de pomme la réponse de Y…, par retour d’email, 10 mn plus tard (Non seulement Y… est un dur, mais c’est un rapide !) :

SINCEREMENT: NON ! ! ! !
NE LE PRENDS PAS !

Je lui ai mis 9/10 car il devait me donner une note aussi.
J’ai TOUT Fait sur ce projet:
- les DNS wildcard : c’est moi
- les URL rewriting : c’est moi
- J’ai du lui expliquer la connexion bureau à distance
- le SSH
- j’ai du mettre à jour mySQL de 3.3 à 4.0

en fait il a rien FOUTU: il a installé wordpressMU en se contentant de faire NEXT>
j’ai vraiment fait 95% du boulot et j’ai du lui donner des cours d’asministration LINUX (alors que moi meme j’y connais pas grand chose)

A EVITER ! ! ! sauf s’il s’agit d’un projet basique

J’ai écrit quelques billets sur le problème des logiciels sociaux tels LinkedIn, où les CV de mes anciens collègues de travail sont tellement élogieux que je ne les reconnais plus, sur eBay, où les arnaques pullulent quelle que soit l’évaluation du vendeur, sur les limites de “l’intelligence collective” "Web 2.0" (1000 contributions favorables ne valent pas une bon évaluation). On rentre là dans un problème qui est général à tous ces systèmes. Yarek a mis 9/10 car "il devait me donner une note aussi !". Le fait que les évaluations soient réciproques biaise le système car tout utilisateur régulier préfère conserver sa bonne réputation plutôt que d’informer les autres à tout prix. Qui plus est, les propriétaires du site n’ont pas un grand intérêt à ce que leur membres soient sous-notés: cela augmente le risque que les membres refusent de travailler ensemble et c’est sur les affaires conclues que le site se rémunère (Sur les affaires conclues, et non pas menées à terme : eBay envoie des courriers de relance très agressifs si une affaire conclue sur le site n’aboutit pas, RentACoder exige le paiement préalable des développements et garde un pourcentage même si le développement n’aboutit pas, etc…).

J’ai essayé de me demander ce qu’il fallait pour que les évaluations des développeurs collent réellement à l’opinion réelle des acheteurs. Il y a en fait 2 conditions:
- l’acheteur doit pouvoir laisser une évaluation anonyme (comme dans l’isoloir, et pour les même raisons, la sincérité naît du secret du vote)
- il faut que le site puisse pondérer les opinions et accorder plus de poids aux "bons" acheteurs par-rapport aux mauvais acheteurs (souvent, l’échec d’un développement vient d’une mauvaise spécification ou d’un mauvais suivi et la responsabilité en incombe alors à l’acheteur, même si celui-ci ne le reconnaît pas).

On peut par exemple imaginer que l’acheteur laisse une évaluation publique et une évaluation secrète. L’évaluation secrète n’est disponible que pour l’administrateur du site. L’administrateur ne publie pas cette évaluation telle quelle, mais la moyenne pondérée de ces évaluations. En fait, pour que le secret soit parfait et que le système fonctionne, il ne faut pas que le site publie la moyenne pondérée des évaluations (sinon, le développeur peut déduire de cette moyenne la valeur de la dernière note). Il faut que le site publie un "sorte" de moyenne pondérée, mais tienne secret son algorithme de pondération, de mise à jour des moyennes voire même y introduise l’équivalent mathématique d’une variable aléatoire, pour éviter tout soupçon.

Remplacez dans le paragraphe précédent le mot "moyenne" par " Google Rank" et vous comprendrez par la même occasion pourquoi le meilleur système de classement de sites (Google) publie son principe d’évaluation mais tient jalousement secret son algorithme exact. Ce n’est pas parce que ce dernier est complexe, c’est parce que le secret est nécessaire pour la qualité de l’évaluation.

Quoi qu’en pensent ceux qui assimilent de façon confuse Web 2.0 et “ouverture”, l’opacité est souvent une des conditions nécessaires à la création de valeur collective: c’est le regard d’Orphée qui tue Euridyce.

Billets associés :

Commentaires»

1. yarek - 22 mai 2007

tellement vrai sur EBAY !
Je suis encore tombé sur des cas spéciaux Rent a coder: un projet TOP simple: corriger une erreur de JAVASCRIPT dans un blog pour 20$ : J’ai qqs projets en cours je n’ai pas le temps… Cela fait 7 jours que j’attends un eminant developpeur pakistanais pour corriger cette erreur assez basique.
Il m’a demandé s’il pouvait TOUT reinstaller: assez stressant d’autant plus qu’il connait les codes FTP du site (l’equivalent des codes atomiques du président).
Le travail delocalisé a ses limites surtout lorsqu’il est situé trés loin géographiquement et impliquant des gens d’une autre culture/mentalité.

2. la lène - 5 février 2008

Intéressant, je vais y réfléchir pour mon nouveau site. J’ai pour l’instant mis un système à la ebay justement.

3. Iv - 6 février 2008

Le système de karma de Slashdot marche étonnamment bien : la modération est faite par des utilisateurs qui distribuent des points aux contributions méritoires ou abaissent le score des contributions contre-productives ou insultantes. Ces points de modérations sont attribués pseudo-aléatoirement aux utilisateurs ayant reçu le plus de modération positive. Toute modération est anonyme. Bien sur, sur un forum, tout le monde voit les contributions de tout le monde. Il en va de même pour Google. Sur eBay et sur freecoder, seules les deux personnes impliquées dans une transaction peuvent l’évaluer.