jump to navigation

Ségo facho ? 3 mai 2007

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 3 842 fois | trackback

Vu le “débat” Sarkozy-Royal ce soir. Je mets “débat” entre guillemets, puisque seul Sarkozy a débattu, Royal partant dans tous les sens et se tenant le plus possible à une stratégie définie au départ (A quoi cela sert-il de définir des thèmes ? Et à quoi servaient les animateurs ? C’est incroyable).

Mais qu’aurait-on lu un peu partout si Sarkozy avait fait preuve de seulement 10% de l’aggressivité que Royal a montrée (sans parler de l’absence totale de volonté d’écouter…).

Au final:

- L’un a des propositions concrètes, chiffrées (qui ne sont même pas mises en cause par Royal, alors que pourtant, il y aurait matière). L’autre, à 3 jours du scrutin, sur tout ce qui compte “va faire appel aux partenaires sociaux”, va provoquer un référendum sur l’Europe, va réformer les institutions…

Quel bordel ! Mais il va falloir attendre combien d’années pour qu’elle gouverne… Un second quinquennat ?

- Ségo a quand même réussi, sur un débat hyperpréparé, à avancer des idées totalement ridicules comme faire accompagner chaque femme fonctionnaire qui rentre chez elle le soir pour réduire l’insécurité ! (Effectivement, si on s’y prend comme ça, on peut embaucher facilement 500 000 nouveaux accompagnateurs… Plus besoin de réduire la fonction publique… Et il y a fort à parier que plusieurs femmes seront tout simplement violées par leur accompagnateur, en plus !). Pour moi, faire une exploitation comme ça d’un fait-divers, c’est le SUMMUM de la démagogie… Quand je pense que toute la gauche hurlait à la mort, à juste titre, lors de la campagne 2002 sous prétexte de l’exploitation du thème de l’insécurité, que Sègo elle-même accuse Sarkozy - et sur quel ton - d’immoralité pour sa diatribe sur les handicapés… Alors là, utiliser l’insécurité pour justifier l’augmentation du nombre des fonctionnaires… C’est dingue.

- elle est tellement peu préparée que son programme change en permanence, et qu’elle en fait même une théorie de gouvernement ! Ce soir, elle a désavoué Hollande sur les retraites, le PS sur les 35 heures, et je n’ai pas trop compris qui (les Verts ou les communistes) sur le nucléaire. C’est la politique Barbapapa. (Mais faire participer les français, si vraiment elle souhaite le faire, ne justifie nullement son impréparation personnelle).

- A titre professionnel, en tant que chef d’entreprise, je n’ai que faire de sa proposition d’avoir un jeune “gratuit” pendant 6 mois. Je n’aime pas le principe de la gratuité, d’abord, je trouve ça dégradant - et bien plus que le CPE. Il y a déjà tant à dire sur les stages… A titre de contribuable, je n’ai aucune envie de payer à une entreprise 6 mois d’un salarié.

Bref, tout ça, plus toute l’intolérance que je vois à gauche depuis quelques semaines me conduisent de plus en plus à voter Sarkozy, même si je ne pensais pas le faire au départ.

Ajout: lisez aussi cet article de Libé et voyez ce que donne un article de mauvaise foi, avec les phrases réelles du débat systématiquement sorties de leur contexte. Il y a 30 ans, seuls l’Humanité et Le Figaro utilisaient ce genre de méthodes. J’ai beaucoup lu Libé dans le passé et je suis un peu triste : ce n’est pas moi qui ai changé, c’est bien le journal. Libé est tombé bien bas et je plains ses lecteurs.

Ajout : Ségo a réussi à déstabiliser Sarko sur le nucléaire en le forçant à donner le ration de la part du nucléaire dans la production d’électricité que Sarko ne connaissait visiblement pas. Il a improvisé un 50% de circonstance et Ségo lui a dit que c’était en fait 17%. Je pense que les 2 se trompaient (la part du nucléaire dans l’électricité est ss doute bien plus grande que 50%, sinon de quoi débat-on ?)… On aura les chiffres dans les journaux du matin. Mais ça montre que Sarko est moins habile qu’on ne le pense - et donc assez bien préparé car ce genre de bourdes lui arrive peu, alors que Ségo, même quand elle est sûre d’elle…

Ajout: Comme je l’avais annoncé il y a une semaine, Bayrou attendait bien ce débat pour se prononcer “contre Nicolas Sarkozy”. En voilà un qui n’avait rien à dire et qui s’est débrouillé pour l’étaler sur 10 jours… Et s’il ne se prononce même pas explicitement pour Royal, c’est probablement que les sondages dont il dispose sont mauvais. S’il avait la moindre chance de faire tourner l’issue du débat, il la saisirait. C’est d’une rare médiocrité.

Billets associés :

Commentaires

1. Mario - 2 mai 2007

En fait, la part du nucléaire dans la production d’électricité "serait" (après consultation rapide de Google et parcours de la page http://www.actu-environnement.co... )
de 17% au niveau mondial et de 78% au niveau français, plus fort pourcentage mondial.
Du coup, c’est Sarkozy qui est le plus proche.
Au final, je trouve que c’est lui qui s’en est le mieux tiré, plus posé et plus clair dans ses développements.

2. Brist - 3 mai 2007

Ségo facho?
Tout d’abord un merci à Thierry pour ses commentaires précis et constructifs par rapport au débat de hier soir.

Je voudrais ajouter qqs mots:
Enfin, hier soir, j’ai compris par où Ségolène veut commencer à réduire la dette publique: c’est en se suprimant elle même!

Le poste de "Président de la République" deviendra obsolète grâce à elle.

Chapeau, cela veut dire une réduction d’environs 90 mEuros des dépenses publiques annuelles !!

Il fallait y penser. Elle l’a fait hier soir avec excellence en expliquant au peuple français ce qu’elle voulait dire par "la France Présidente": le peuple sera consulté pour tout et pour ce qui reste ce sera aux partenaires sociaux d’en débattre et de proposer des réponses.

Alors à quoi bon avoir une Présidente, si de toute façon elle ne décidera de rien?

De plus elle propose dorénavant d’augmenter le nombre des fonctionnaires, de donner des subventions à tout le monde et de prendre l’argent pour financer ses actions plus le remboursement de la dette publique aux riches … qui auront, le lendemain de son élection, quitté le pays - avec leur argent naturellement.

Alors qui payera la facture?

3. Anne - 3 mai 2007

Je n’ai pas vu le débat, mais j’en ai entendu parler ce matin, comme tout auditeur de radio qui se respecte. Et effectivement, du côté de Cherbourg (et de Flamanville, au coeur du débat) on a beaucoup parlé de ces imprécisions (le mot est faible) concernant l’énergie nucléaire. De fait, la part du nucléaire dans la production d’électricité française se situe plus aux environs de 75 à 80%.

Quand à savoir s’il faut être pour ou contre le nucléaire, manifestement Ségolène hésite… mais personne ne dit publiquement combien il faudrait d’éoliennes pour remplacer nos 50 et quelques réacteurs.

Personnellement, bien que travaillant dans ce secteur, j’aimerais bien pouvoir m’en passer, mais je ne suis pas prête à m’éclairer à la bougie… et encore moins à me passer de mon ordinateur. Alors j’attends avec impatience les éoliennes de jardin ou de toit !

4. Thom - 15 juin 2007

Ségolène hésite encore… Je n’suis pas partisans de l’énergie electrique issue du nucléaire, mais il faut aussi voir l’impact sur les gens qui bossent dans les centrales… Il feront quoi après ?