jump to navigation

Quelques vérités sur un débat truqué 27 avril 2007

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 3 303 fois | trackback

1) Sarkozy a le droit le plus strict de refuser un débat avec Bayrou. Je comprends d’ailleurs qu’il le fasse, compte tenu des attaques personnelles que lui envoie Bayrou depuis mardi. (Synthèse de la déclaration de Bayrou: je ne vote pas Royal parce qu’elle a un mauvais programme économique - question de fond, je ne vote pas Sarkozy parce qu’il est excité, vindicatif, etc… - question de personne).

2) Sarkozy a le droit d’exiger l’égalité des temps de parole. Stupida lex, sed lex. Du coup, à une semaine de l’élection, il devient difficile de compenser 1h de temps de parole, quelle que soit la chaîne qui diffuse - et donc d’organiser ce débat. Pas besoin d’invoquer un contrôle des media par Sarkozy.

3) Royal ne veut un débat télévisé que parce qu’il est quasi-impossible à obtenir. Royal souhaitait un débat avec la presse régionale et surtout pas à la télé (cf l’interview de mercredi avec Arlette Chabot). Elle a finalement, du bout des lèvres, accepté que le débat soit filmé… Maintenant qu’il devient évident que ce débat est difficile à organiser, elle hurle à la mort en rejetant la faute sur Sarkozy. C’est bien joué.

4) Si débat il y a, Bayrou n’est ni journaliste, ni neutre. Comme il est clair maintenant qu’il ne souhaite pas la victoire de Sarkozy, Bayrou sera en fait de connivence avec Royal. Il l’attaquera certainement, pour paraître équilibré, mais pas trop violemment. ,Il cherchera à la mettra en valeur. Scénario typique à la fin: “Nous avons des différences, certes, mais nous sommes tellement proches philosophiquement…”. Bref, Bayrou cherche à faire voter Royal, sans le dire explicitement. Ce ne serait pas un débat, mais une mise sur piédestal scénarisée.

5) Royal, Bayrou crient au loup (manipulation des media, de toute la presse régionale, du CSA…) alors qu’ils n’ont visiblement aucune bille pour le faire, que ce débat ne sera que propagande et qu’ils sont seuls responsables des problèmes logistiques. Bayrou fait ainsi fructifier ainsi son fonds de commerce contestataire. Royal n’a plus rien à perdre, vu les résultats du premier tour - et ce sera peut être sa force, car depuis 3 jours, ce “débat” occulte effectivement tous les autres.

6) Il est curieux que Sarkozy, qui a perdu une partie de son âme en allant à la pêche aux voix de Le Pen, ne soit pas prêt à faire plus que ça pour récupérer des voix somme toute plus honorables, celles de Bayrou. Cela peut résulter d’un calcul politique (Sarkozy sait qu’il a gagné et ne veut pas donner trop d’importance à Bayrou), mais je pencherai plutôt vers une forte inimitié entre les deux hommes. Sarkozy n’a peut-être plus d’âme, mais il lui reste encore deux couilles.

Au final, c’est Bayrou qui a la main. Royal le sait bien et refuserait probablement ce “débat” indigne si elle avait la moindre chance d’être élue normalement, en faisant simplement campagne.

Ajout 30/04: ce billet a été écrit avant le débat, mais la façon dont il s’est déroulé confirme en tous points le paragraphe 4. Prochaine étape: à l’issue du débat de mercredi, Bayrou, “ayant bien réfléchi”, se prononcera finalement “à titre personnel” pour Royal. Il aura ainsi manipulé par 2 fois les électeurs et, plus grave, empêché le débat réel du second tour de se tenir.

Billets associés :

Commentaires»

1. chocacao - 28 avril 2007

D’ailleurs, c’est bien révélateur du personnage :

N.Sarkozy prétendait qu’on ne "volera" pas le second tour. :°)