jump to navigation

Des contraintes écologiques fortes favorisent le développement des entreprises 31 janvier 2007

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 6 459 fois | trackback

De même qu’une monnaie forte favorise les bons pays exportateurs, en créant un cercle vertueux qui rend les entreprises plus performantes, de fortes contraintes gouvernementales en matière écologique rendront, rapidement, les entreprises d’un pays plus performantes dans le concert mondial.

Ainsi, limiter le niveau d’émission des voitures en France de façon plus stricte que ce qui se fait aux USA, mais aussi forcer les industriels à réduire le poids des déchets dans les produits, à en faire des produits recyclables ne gêne pas le développement des entreprises, mais leur permet au contraire de gagner des marchés dans le futur.

Les positions compétitives de Peugeot, Renault, Michelin, etc… seraient évidemment meilleures aujourd’hui (quoi qu’en pensent les directions de ces entreprises) si la France avait voté depuis 10 ans des lois leur imposant de fortes contraintes car les vrais potentiels de croissance de ces entreprises sont à l’export. Il n’est pas impensable que Renault, qui a toujours échoué aux USA, puisse s’y installer de façon durable si elle possède une vraie avance dans ce domaine.

(Remarque en passant: une monnaie forte favorise les bons exportateurs, mais les politiques s’y opposent. Un cadre écologique fort favorise les entreprises, mais les dirigeants des entreprises s’y opposent…)

Si je dirigeais une grande entreprise industrielle, j’imposerais systématiquement un respect des normes plus restrictif d’au moins 10% aux critères légaux en vigueur, quels qu’ils soient, à tout moment. Et je le ferais savoir par le marché, dans toutes les déclinaisons, directes ou indirectes des produits. Il faudrait d’ailleurs créer une norme « ECO 9001 » pour permettre aux entreprises performantes dans ce domaine de se valoriser.

Le mouvement vers l’écologie est mondial. Dans les prochaines années, les particuliers, les collectivités, les états, déplaceront une grande partie de leur consommation vers des produits à forte valeur ajoutée écologique. La croissance mondiale sera tirée par l’écologie – et non pas ralentie comme on le dit trop souvent – il n’y a aucune raison d’opposer écologie et croissance, écologie et emploi. Le mouvement écologique va remplacer une croissance structurellement polluante (chimie, loisirs, technologies de l’information) par une croissance propre.

Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?