jump to navigation

Une monnaie forte favorise les bons exportateurs 10 décembre 2006

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 6 703 fois | trackback

A droite (Villepin) comme à gauche (Royal), une partie de la classe politique se plaint de l’Euro fort et du contrôle politique laissé à la Banque Européenne.

On peut ergoter sans fin sur les avantages de l’Euro fort (on achète moins cher, en particulier le pétrole) et sur ses inconvénients (nos produits sont plus chers à l’exportation). Le fait est qu’une monnaie forte avantage toujours, sur le moyen terme, les pays qui exportent et au delà de toute analyse politique ou économiques, les raisons en sont surtout morales.

1) Aujourd’hui, le terme de monnaie forte est inapproprié. Il y a des monnaies qui ont une “valeur” à peu près constante (l’Euro) face à d’autres dont la valeur baisse (un peu comme lorsqu’on diminuait le taux de métal dans la monnaie, au temps de l’étalon or). La stabilité d’un cours d’échange, c’est toujours un avantage commercial.

2) Les pays ayant une tradition exportatrice ont vite fait d’ajuster leurs prix “à la baisse”, ce qui se traduit par des gains de productivité forcés chez eux. Les pays les moins forts dévaluent leur monnaie (en partie à cause du déficit de la balance commerciale), ce qui semble, à court terme, favoriser les exportations. Les entreprises semblent devenir plus compétitives, mais le bénéfice est de courte durée et la logique est le plus souvent laxiste et inflationniste: la baisse monétaire n’a fait que masquer fugitivement l’ampleur des déficits et la mauvaise gestion.

Le transfert de la gestion de la monnaie vers la Banque Centrale a pour moi comme intérêt principal qu’il empêche les politiques de nuire à la monnaie par des considérations à court-terme.

Tant que la France donnera le pouvoir à de purs politiques sans réelle formation économique (De Gaulle, Mitterrand, Chirac, Royal au lieu de Mendès-France, Rocard, Barre, Strauss-Kahn), je pense que faire gérer la monnaie par la Banque Centrale est une mesure salutaire.

3) Prenez l’exemple de la France et de l’Allemagne depuis 1945. Le Franc n’a pas cessé de baisser et l’Allemagne n’a pas cessé d’améliorer ses positions à l’export. La baisse du cours du Franc par-rapport au Mark, ou au Franc Suisse n’a été que la conséquence du laxisme politique et de l’accumulation des déficits.

Aujourd’hui, comme par hasard, l’Allemagne continue à profiter de l’euro fort et comme par hasard, des politiques français commencent à s’en plaindre sous prétexte que cela nuirait à l’export.

Les raisons de la faiblesse française à l’export sont tout autres et n’ont rien à voir avec la valeur de l’Euro.

Billets associés :

Commentaires»

1. Gerard Dimi - 12 janvier 2007

Et oui…La France se pleind! De l’Euro fort, ou de l’Euro faible si cela etait le cas !
Depuis plus de vingt ans de vie a l’etranger, en Angleterre, j’en suis encore a me demander pourquoi la France se plaint. Allez voir chez vos voisisns vous verez? Surtout si vous prenez le train! A le train en France on l’appel le TGV..plus le train. Avez-vous deja vu un TGV qui fait 150 victimes en un seul accident? Non. Pourtant non amis les anglais eux, ça ils savent le faire, un accident de train qui fait 150 victimes; et pas qu’une seul fois !
Et je crois que J. Chirac est alle en Chine recemment et signe quelques contrats…mais pas de TGV. Quelles sont alors les objections autours des tables de negociation ? Trop cher, trop bleu ! trop…Nos amis voisins allemands eux ont deja convaincu que leur technologie ferroviaire etait meilleure et cela aux Japonais. Pas nous ? En fait j’ai souvent l’impression qu’en France l’important c’est de participer…pas specialement de gagner.

2. Alain - 18 mars 2007

Sauf que les gains de productivité du travail sont l’une des principales causes du chômage, dans tous les pays.

Voir travail-chomage.site.voil…
(Gains de productivité du travail, durée du travail, chômage)

et aussi travail-chomage.site.voil…
(Des mythes autour de l’emploi)