jump to navigation

Le cheval des trois 10 décembre 2006

Par Thierry Klein dans : Entreprise altruiste.
Lu 3 533 fois | trackback

Je pense que vous avez pu voir que j’ai de la sympathie, et même beaucoup beaucoup plus, pour les positions actuellement défendues par Nicolas Hulot.

Je viens d’aller aujourd’hui sur le site de sa fondation, suite à un commentaire laissé sur mon blog, et voici les “partenaires fondateurs” qui s’affichent:

EDF est une entreprise dédiée à la production de l’énergie et en tant que telle je conçois qu’elle ait la volonté d’apparaître comme concernée par la préservation de la planète - d’où le thème de ses publicités les plus récentes. Je ne conçois pas qu’une initiative visant à remettre en cause de façon globale les modes de consommation de l’énergie dans un but écologique puisse s’appuyer de façon crédible sur EDF.

L’Oréal est un très gros consommateur de ressources naturelles animales et végétales (cf la déforestation indonésienne pour produire de l’huile de palme, ingrédient utilisé dans les produits de beauté, par exemple) et aussi une entreprise qui effectue des expérimentations animales dans un but purement mercantile (à mon avis, c’est bien pire de tuer des animaux pour tester un rouge à lèvres que pour tester un médicament…)

A propos de l’Oréal, la fondation Hulot nous apprend que : “L’Oréal fait déjà depuis plusieurs années des efforts constants pour limiter au maximum l’impact de son activité industrielle sur l’environnement, un préoccupation étendue à tous les domaines d’activité du groupe.”… Voilà un engagement fort !

TF1 est une entreprise qui vit de la publicité, c’est-à-dire qu’elle est soumise aux pressions de tous les lobbyes industriels possibles.

Bref, j’ai l’impression que ces trois entreprises achètent avant tout une image de respectabilité, voire la bonne conscience de leurs employés. Si elles viennent, c’est sans doute parce qu’ils ont l’impression que la Fondation ne peut pas leur nuire, voire pour y peser…

Je comprends que la fondation ait besoin de fonds et “vende” de l’image mais je pense qu’elle devrait absolument éviter de jouer le rôle d’une caution morale.

Je ne comprends pas que la fondation Nicolas Hulot puisse aller chercher de tels partenaires fondateurs, qui la financent et siègent au CA.

Qu’en pensez-vous ?

Billets associés :

Commentaires»

1. thious - 14 décembre 2006

Ils doivent devenir complètement schyzophènes ces pauvres pdg.

2. Etude de cas : Speechi et le Capital altruiste dans chefdentreprise.com. - 11 mai 2010

[...] C’est déjà beaucoup de renverser la logique actuelle et de faire que l’ONG ne soit plus dépendante de l’entreprise, comme c’est le cas dans toutes les formules actuelles de mécénat, où les budgets sont reconduits annuellement (voir le cas de la fondation Nicolas Hulot). [...]