jump to navigation

Bush: le pire Président américain depuis Jimmy Carter - et même plus. 10 novembre 2006

Par Thierry Klein dans : Politique.
Lu 5 809 fois | trackback

Que retiendra-t-on de Bush ?

Il a durablement affaibli l’Amérique en divisant ses forces entre l’Afghanistan - où il était naturel qu’il aille - et l’Irak, où il est allé pour des raisons idéologiques (au mieux) ou économiques (au pire).

Le résultat, c’est qu’on n’a pas pris Ben Laden, on n’a pas réduit Al-Quaïda et surtout, les Etats-Unis ne peuvent plus peser sur l’Iran ni la Corée - la non maîtrise du nucléaire est la manifestation de l’incompétence de Bush, même si tout n’est pas perdu.

Jimmy Carter avait aussi affaibli la position américaine mais pas durablement car il n’avait pas à ce point entamé les réserves en envahissant des pays sans raison.

Alors que l’impact politique, économique et psychologique de l’Irak se fera sentir pendant des années.

La démocratie ne se propage pas (toujours) par l’exemple.

Bush - et beaucoup d’américains - pensaient que les irakiens placés devant le “modèle” démocratique l’adopteraient.

Mais c’est une position aussi idéologiquement fausse que “le sens de l’Histoire” auquel croyaientt les communistes. La démocratie ne se propage que si certaines conditions sont réunies (ce dont, par parenthèses, on ferait bien de se souvenir pour la Chine: ce n’est pas parce qu’ils font du commerce avec nous qu’ils vont automatiquement devenir comme nous. Capacité à rentrer des devises n’est pas synonyme d’ouverture démocratique.

Tocqueville écrivait, en parlant déjà de l’Amérique, que les grandes démocraties peuvent plus facilement faire des erreurs (de par le manque d’expérience relative de leurs dirigeants et l’ignorance du peuple) mais qu’elles sont aussi plus à même de les corriger rapidement. Eh bien, on y est.

Billets associés :

Commentaires»

1. jid - 13 novembre 2006

"l’Irak, où il est allé pour des raisons idéologiques (au mieux) ou économiques (au pire)"
Marrant, moi j’aurais écrit le contraire ;-)

2. Thierry - 13 novembre 2006

Ca dépend si on préfère le mensonge ou la connerie. Je suis assez américain pour ça et je préfère la connerie.