jump to navigation

Comment perdre dans les 5 dernières minutes : la tactique Equipe de France 18 mai 2006

Par Thierry Klein dans : Sport.
Lu 4 279 fois | trackback

Le match d’hier, Arsenal-Barcelone, était encore une illustration de mon billet d’il y a 15 jours Comment perdre dans les 5 dernières minutes. Arsène Wenger était d’ailleurs parfaitement conscient que le dernier quart d’heure allait être intenable mais il lui était impossible d’organiser son équipe différemment avec une infériorité numérique contre le Barça. Ceci dit, Arsenal a vraiment joué sa chance à fond et aurait pu mener 2-0, ce qui n’aurait d’ailleurs peut-être pas changé grand chose tant on sentait Barcelone capable d’en claquer beaucoup sur la fin.

Le plus inquiétant aujourd’hui, c’est que l’Equipe de France a toutes les chances de jouer au Mondial avec une telle tactique:


- 4 défenseurs, dont un seul, Sagnol est un grand relanceur et saura mettre une certaine pression offensive (Gallas jouera sans doute au centre).

- 2 milieux défensifs, Makelele et Vieira, et peut-être 3 puisqu’on ne sait pas très bien à quoi joue Dhorasoo.

- un avant-centre, Trézeguet, qui ne prend pas par au jeu, ce qui fait que, s’il ne marque pas, on constate à la fin du match que l’Equipe de France a joué à 10.

Restent 2 joueurs (Zidane et Henry) pour jouer. C’est beaucoup trop peu, quel que soit leur talent.

Tous les problèmes dont j’ai parlé il y a 15 jours sont là. On joue très bas, très physique. L’équipe adverse monte d’un cran puisque les joueurs sur le terrain sont lents à remonter le ballon (Vieira et Makelele font systématiquement “la” passe à Zidane). Au bout d’une heure, on est cuit. C’est le syndrôme 2002/2004.

Pour moi, un milieu Makelele (ou Vieira), Zidane, Pires (ou Dhorasoo), Ribery (ou Giuly), c’était la meilleure façon d’assurer défensivement. En demandant à Pires et Ribery de se sacrifier pour aussi défendre, quitte à les changer à l’heure de jeu, on assurait la conservation du ballon, on faisait reculer l’équipe adverse, on libérait aussi Zidane, etc…

Cf la façon dont Giuly a défendu -et marqué - contre Milan, ou dont Pires a défendu -et été passeur décisif suite à un tacle - contre la Juventus cette année. Cf aussi la façon dont a joué l’Equipe de France 82/84/86, dont jouent Barcelone, Arsenal…

Le plus grave là dedans, c’est que non seulement l’Equipe de France n’a pas prévu de jouer de cette façon mais ne pourrait même pas le faire si par miracle l’Esprit venait à Domenech. Il n’y a que 2 milieux offensifs (Malouda, Zidane) ou 4 si on compte Ribery/ Wiltord. Ce n’est pas assez pour boucler un mondial.

Alors qu’il y a 8 défenseurs, dont au moins 2 sont polyvalents (Thuram, Gallas), ce qui fait qu’on aurait pu sans risque troquer l’un d’entre eux contre un milieu offensif.

Et quand même, ne pas sélectionner Giuly et Pires, qui ont été les deux meilleurs français de l’année, et de loin, en coupe d’Europe, qui ont une grande expérience internationale, qui n’ont joué que peu de matches cette saison et qui sont frais… quel scandale !

Billets associés :

Commentaires»

1. Cyril - 18 mai 2006

Bonjour,

Je ne fais que passer, et ai lu votre ticket sur le match de Lyon (j’y etais…).

Tout comme Milan-OL, il y a eu une erreur de coaching manifeste de la part de Wenger en faisant rentrer Flamini a la place de Fabregas, qui a tenu le choc tout le long du match.

CQFD.

Cheers !

2. Thierry Klein - 19 mai 2006

C’est vrai mais sauf que là, Fabregas était quand même 100% cuit. Qui auriez-vous fait rentrer ? Je ne connais pas assez les joueurs d’Arsenal