jump to navigation

Cht’ilicon valley 10 avril 2006

Par Thierry Klein dans : High-Tech dans le Nord.
Lu 4 630 fois | trackback

Quelques notes, en vrac, pour préparer la réunion de la “dernière chance”, demain soir, pour la création d’un pôle numérique digne de ce nom dans le Nord…

Ce qui manque à la Région Nord pour devenir une grande région numérique :


a)un tissu d’entreprises numériques performantes

Il existe quelques entreprises numériques performantes, mais elles consituent des exceptions. On ne peut pas parler de tissu d’entreprises, comme dans la Silicon Valley.

En particulier:
o Aspects technologiques: peu de technologies nouvelles développées ou inventées dans le Nord.
o Conseils, marketing, packaging…: peu de services pour les sociétés innovantes dans le domaine du numérique
o Structurations financières…: peu de capitaux disponibles
o Ex : Ketady, OVH… restent des exceptions, qui ne créeront pas d’effet d’entraînement derrière elles.

b) des écoles et universités de premier plan (cette remarque peut aussi s’appliquer à la France d’une façon générale, au moins dans le domaine numérique).

c) l’accès à des financements significatifs (là aussi, remarque qui peut s’appliquer à la France, mais je ne connais pas de startup nordiste qui ait pu lever plusieurs millions d’euros, par exemple, alors qu’il y a des exemples en France, même si c’est peu fréquent).

d) absence de volonté et de compétence politique

- les politiques sont incompétents pour comprendre les enjeux du numérique et pour le structurer (vrai aussi, sauf exception, au niveau national).
- les politiques de la Région sont de plus inquiets et hyper-prudents car les projets passés ont échoué. “Politique échaudé craint l’eau froide”.
- ils sont idéologiquement de plus en plus orientés vers ” la création d’emplois ” et négligent les conditions nécessaires telles que le capital, la formation d’élites, de compétences haut de gamme, etc… qui sont des conditions nécessaires et antérieures à la création des emplois.
- de par la décentralisation, la région dispose de pouvoirs accrus mais refuse pour l’instant de les exercer.

e) Pas de vision claire ni de stratégie des professionnels pris en tant que groupe
- une association à vocation festive, humanitaire ou même pornographique ?(Kalimedia: le seul endroit dans le Nord où on peut réellement “échanger” autour du Numérique mais n’a pas vocation à structurer une filière).
- les réunions préparatoires de la filière : nous oscillons entre Clientélisme et ” volonté de faire du business “, ce qui manque (entre autres) de grandeur.
- l’Arc Numérique : l’impossibilité de créer un pôle purement professionnel.
- Digiport : bonne volonté au niveau humain, mais n’a pas de rôle précis assigné par la région dans ce domaine pour l’instant.

f) ce qu’il est souhaitable de développer rapidement (quelques pistes, toujours en vrac)

- une vision politique ambitieuse et présentable (et non pas un “plan d’action”. Ce n’est pas d’actualité et on n’est pas au Comité Central).
- définir des projets technologiques structurés d’envergure
- créer au moins un premier programme de formation de tout premier plan
- une initiative “Open Source” régionale pour fédérer des moyens de recherche et commencer à créer un tissu pour un coût presque nul (à comparer avec les investissements inutiles, plans calculs, incitations et autres dont les coûts sont pléthoriques et les retombées douteuses). Voir l’exemple de Skype.
- l’Open Source permet de baisser le capital nécessaire à la création d’entreprises innovantes.
- le basculement des investissements en licences logicielles vers des services autour de l’Open Source à un coût nul pour la Région.
- pour ceux qui ont tenu jusque là, une politique Open Source n’est ni l’alpha et l’omega de tout, ni une fin, juste un moyen possible !

- susciter des projets de recherche qui peuvent avoir des conséquences industrielles
- et par suite, non pas pour commencer, un pôle professionnel.

Donc… donc ?

On verra ça demain !

Billets associés :

Commentaires»

no comments yet - be the first?