jump to navigation

Un journaliste vraiment stupide sur RTL ce mardi vers 13 h 45 21 mars 2006

Par Thierry Klein dans : Animaux.
Lu 4 826 fois | trackback

Il prend des appels au téléphone à propos du déplacement de Brigitte Bardot au Canada pour protester contre le massacre programmé de 300 000 bébés phoques (Plus personne n’ose encore parler de prélèvement quand on atteint ce chiffre là).

Non seulement il a l’air peu pourvu en neurones, mais en plus les rares qu’il a tournent en boucle et les deux seules question qui lui viennent, de façon répétitive, à la bouche - je n’ose dire à l’esprit - face aux gens qui approuvent Brigitte Bardot, sont :

Question 1 : “Un expert est passé un peu plus tôt sur l’antenne et il a montré que l’espèce n’est pas en danger. L’attitude de Brigitte Bardot est donc totalement incompréhensible, voire stupide, non ?”

(Evidemment, aucun recul quant à l’indépendance et les qualifications de l’estampillé “expert”).

Question 2 : “Vous êtes végétarien ? Alors, puisque vous mangez du boeuf, comment pouvez-vous être contre le massacre des bébés phoques ? C’est exactement la même chose. Votre attitude est incohérente”

Le pire, c’est qu’il semble très fier de toutes ces questions… Il a dû les préparer longuement. Probablement, son ambition ultime est de finir chroniqueur chez Fogiel, à nous servir du prêt à penser politiquement correct qui a l’air, je dis bien l’air, subversif. Evidemment, tout est bien clair, bien rangé dans son cerveau: Brigitte Bardot est au mieux atteinte d’une forme de sensiblerie sympathique, au pire de misanthropie maladive. La défense des animaux, ce n’est pas un combat “important”, comme le CPE, par exemple. C’est en gros du niveau de la rubrique “People”.

J’aurais plein de choses à dire là-dessus mais je les ai déjà dites longuement - et parfois malheureusement de façon ennuyeuse aussi - ici, ici ou encore .

Alors, plutôt que de me citer, je vais vous resservir du Romain Gary puisque le billet le concernant a été si apprécié. On dit en gros la même chose, mais le gros avantage pour vous, c’est que lui, il sait l’écrire.

“Ceux qui s’efforcent de changer nos moeurs, peinant pour sauver cette planète et ses habitants humains ou animaux, placent souvent leur espoir d’actions constructives dans notre intérêt propre et notre capacité d’écouter la voix de la raison. Leur raisonnement est juste; quoi que l’homme fasse contre la nature et ses chances de survie, c’est contre lui qu’il le fait. Néammoins, plaider la cause de la préservation au nom de l’homme seulement me paraît être une approche un peu attristante; à mon sens, les défenseurs de l’environnement surestiment la capacité de l’espèce humaine à se conduire rationnellement. Je vois davantage d’espoir pour les espèce menacées - et en vérité pour nous-mêmes - dans les relations irrationnelles entre un homme et son chien, une vieille dame dame et son chat, un enfant et son serpent ou son canari. Après tout, la nature n’est pas quelque chose que l’on peut dissocier des émotions.On ne sauvera pas les grands chats d’Afrique, les serpents géants, le grand panda ou le kangourou en admettant rationnellement que deux et deux font quatre.”

“Dans les Andes boliviennes, j’ai vu un paysan famélique partager avec son chien quelques vivres que je lui avais données, puis hisser le grand animal squelettique sur son dos pour grimper sur la montagne. Il n’y avait là aucun rationalisme : juste ce que l’on connaît sous le nom d’”humain”. Voir dans les animaux plus que de la viande et de la peau est un acquis culturel, tout comme la beauté, et un tel concept est indissociable des sentiments. Trop longtemps, on les a dénigrés pour n’y voir que du sentimentalisme tout en exaltant le matérialisme au point que le monde a vu holocauset sur holocauste. Essayons les sentiments et les émotions, pour changer.”

“Ai-je besoin de rappeler au lecteur le massacre des bébés phoques en Norvège ?Il a fallu des générations pour que cette information particulière atteignît le monde extérieur, suscitant un formidable cri de réprobation. Mais les images déchirantes continuent d’arriver, année après année. Il est on ne peut lpus clair que c’est autant l’Homme - et oui, avec un H majuscule - qu’on assassine qu’un phoque. Si nous en sommes réduits à invoquer, pour la milliardième fois, les notions de respect de soi et de dignité quand nous avons affaire à une nation aussi humaniste que la Norvège, il se pourrait bien que le chasseur africain analphabète qui épuise son gibier par ignorance soit le moins menaçant pour notre futur.

Nous tuons des poulets, bien sût, des agneaux et des lapins, alors pourquoi pas des phoques, des cerfs, des rinhocéros ou des vigognes ? Je n’ai aucune réponse à cela, mes amis. Pour ce qui est de la raison pure et dure, c’est donc le tueur qui rafle la mise. Le coeur parle ou ne parle pas. Ses raisons sont autant en rapport avec la rationalité qu’avec la beauté”

“Il est absurde d’encombre nos musées d’oeuvres d’art et de dépenser par millions pour la beauté, puis de la laisser détruire gratuitement, dans toute sa splendeur vivante.”

Le texte date de 1974 (!) , c’est dans l’Affaire Homme.

Billets associés :

Commentaires»

1. Vincent M. - 22 mars 2006

Magnifique !

Je fais partie de ceux qui privilégient l’être humain et oublient la nature…

J’ai des enfants cependant et ils aiment les animaux… comme je les aimais autrefois, étant enfant.

Merci Thierry d’avoir un chien ! Je n’y vois que contraintes… :-(

Merci aussi Thierry pour votre combat… je continue de le regarder d’un oeil intrigué - mais vous n’êtes pas loin de m’y convertir… ;-)

J’en reconnais la nécessité - même si je n’ai pas les moyens d’y prendre part.

Merci enfin d’expliquer tout cela avec intelligence et humour…

Vous me réconciliez aussi un peu avec… les chefs d’entreprise (c’est bien ça ?) !

Amicalement.

2. ano - 1 février 2008

Joli… et c’est du premier degré … vraiment c’ets bien. Contrairment au commentaire que je viens de lire ; ça n’est pas me semble-t-il un combat, mais tout bonnement une posture… face au monde, ou à "l’environnement" pr reprendre des termes à la mode… une posture n’est pas un combat, elle est tout bonnement ds une appréhension du monde, et dans ce que nous humains, y sommes, choissons d’être … ou de ne pas être.

3. bill - 23 novembre 2008

Attention! Vraiment, sans rire, c’est horrible. je n’ai pas pu finir de visionner cette vidéo, elle m’a littérallement fait pleurer. Au delà des images il y a un discours, initial, qui fait réfléchir.. Elle est a déconseiller absolument aux enfants. J’ai sérieusement réfléchi depuis à passer coté végétarien. Le vivant n’a pas la place qu’il mérite sur terre.

N’ayant vu que le début, je ne parle que du début. Où des sous titres mettent en évidence que l’Homme s’est arrogé des droits bien au dessus de ce qu’ils sont, en particulier vis à vis du vivant. Tout cela sans aucune espèce de prise de conscience ou de mise en question.
C’est Terriens. Que tu connais peut etre déjà.
http://video.google.com/videoplay?docid=4093730216074063220