jump to navigation

Ca ne convergera jamais… 20 mai 2005

Par Thierry Klein dans : Technologies.
Lu 5 993 fois | trackback

ou pourquoi Bill Gates a perdu une occasion de se taire.

Dans les années 1990, le mot clé pour la télévision était « convergence ». Les progrès informatiques étaient soit disant tels que la télé allait devenir un ordinateur. Les usagers, conquis, allaient bientôt se servir de leur télé comme d’un PC et « unifier » les usages ordinateur / télévision / satellite / connexion Internet. C’était l’avenir, les perspectives étaient nombreuses. Tout ça n’a pas eu lieu. A 95%, nous regardons toujours la télé sur la télé et prenons à défaut les raisonnements des plus brillants experts.

Une chose est de le constater, une autre est de comprendre pourquoi. A mon avis, lorsqu’une application est devenue populaire sous une certaine forme, notre habitude d’utilisation, consciente ou non, est beaucoup plus forte que nous ne le pensons et les « experts » sous-estiment toujours cette rigidité. Quelques exemples :

La première chaîne et la mire

La part de marché de la première chaîne est augmentée du simple fait que la télé est préréglée dessus. Si vous passez le même film sur toutes les chaînes, il est très probable que les parts de marché seront identiques aux parts de marché de la veille – ou du moins de l’ émission précédente, et ce quel que soit l’usage que vous fassiez de votre télécommande. Tous les lecteurs de ce blog ont une télécommande dont ils se servent pour zapper à tire-larigot et sont à ce titre convaincus que la part de marché du programme est fluide. Pas du tout, ce n’est statistiquement pas le cas. (Accessoirement, saviez vous que 1% des téléspectateurs ont mis leur cerveau dans la télécommande et visionnent la mire ? C’est une statistique AUDIMAT).

Le 0 du téléphone

Même chose pour l’indicatif 0 du téléphone, au lieu du 7 ou du 9. Le 0 c’est LE principal avantage de France Telecom pour la téléphone fixe ! Et il faudra des dizaines d’années pour que France Telecom perde son leadership, si jamais il le perd.

Le Palm GPS

Evidemment, quand sont sortis les premiers Palm avec GPS, ils ont eu du succès. Il y a toujours une frange d’utilisateurs que ça amuse ou qui en ont besoin. Mais il est très peu probable que les Palm GPS se substituent aux Palm (ou même équipent la majorité des Palm). Il faut charger une carte, brancher accrocher son Palm dans la voiture. Tout ça rajoute de la complexité (sans parler des bugs). Bref, je suis près à parier qu’il y a un énorme marché pour des GPS autonomes ou inclus dans la voiture – d’ailleurs ils ont commencé à apparaître, un énorme marché pour les Palms mais qu’il n’y aura pas convergence.

L’Archos

Idem pour tout un tas de nouveaux outils, par exemple l’Archos (une autre raison, en plus de celles décrites ici, pour laquelle ça ne marchera pas).

Les emails sur votre mobile

Et je mets dans le même sac tous les outils qui tendent à faire converger téléphone et email (Blackberry, Visto…). Il y a bien un marché mais il est peu probable qu’il y aura substitution.

En règle générale, tout le monde prédit un très grand avenir aux outils multi-fonctions. A leur apparition – et parfois même avant leur apparition – il semble qu’ils vont éliminer tous les « vieux » outils mono-fonctions qui deviendraient complètement dépassés. En règle générale, il n’en est rien et c’est même exactement le contraire qui se produit : un outil multi-fonctions ne remplace pas l’usage des outils mono-fonctions et ne prend qu’une part de marché marginale ou minoritaire.

Pour que le multi-fonctions s’impose, il faut des conditions bien précises qui vont en général bien au-delà du simple gain de place ou de poids. Par exemple, il faut que les applications qui en résultent soient radicalement nouvelles ou bien que les investissements commerciaux et marketing soient à ce point massifs qu’ils puissent éliminer les technologies existantes - cas très rare. En général, c’est plus le marché qui sélectionne que les stratèges d’entreprise.

Le problème, c’est que la plupart du temps, les « business plan » des entreprises parient sur une prise totale du marché (et en ceci, ils sont confortés par les premiers résultats de vente qui sont toujours prometteurs, mais qui ne concernent malheureusement qu’une fraction du marché). Il en résulte des surfinancements, des erreurs d’appréciation et en général des dépenses dont ces sociétés ont du mal à se remettre. C’est une variante en fait de l’effet « Chasm », décrit dans l’excellent livre de Moore.

Bill Gates déclarait, il y a 3 jours “Si vous me demandez quel appareil portable va prendre la première place en ce qui concerne la musique, je vous réponds sans hésiter le téléphone mobile.”

Franchement ça m’étonnerait. Et ça m’étonnerait aussi que Bill Gates y croie à 100% lui-même. Il faut prendre ce genre de déclaration au bon niveau et Bill Gates ne s’exprime jamais qu’en tant que représentant de Microsoft donc la seule chose qu’on peut en déduire, c’est que Microsoft développe sa stratégie téléphonie mobile. C’est une stratégie de convergence tous azimuts (musique, messagerie, bureatique, téléphone portable) qui s’en prend (un peu) à Apple mais dont les vraies cibles sont les Palm, Blackberry, Visto, dont je vous parlais plus haut en plus de tous les fabricants de portables n’utilisant pas Windows Mobile.

Mais si on s’intéresse au contenu manifeste de l’affirmation elle-même, il est très probable que Bill Gates se trompe.

Billets associés :

Commentaires»

1. wizoo - 23 mai 2005

Bonsoir Thierry,

Et bien écoute Thierry, j’ai appris récemment par un vendeur de la FNAC que d’ici à 18 mois il n’y aurait plus de lecteur de MP3 vendue en rayon car tout les nouveaux téléphones comporteront la possibilité de lire du MP3. J’ai était assez surprise de cette information mais il avait l’air trés affirmatif. Tu me diras il y a toujours un marché pour ceux équipés d’anciens téléphones !
Enfin je ne sais pas ce qu’i faut en penser mais cela corrobore avec les paroles de Billou.
En tout cas bravo pour ton pronostic d’avant garde que tu avait fait sur Macromédia. Bon flair :)

2. Raoul, toujours lui - 24 mai 2005

Juste et vrai… l’homme est un animal simple, une action à la fois, un silex pour chaque usage… pour couper la viande, gratter la peu, faire de spointes de lance… allez avouez, faites vous des photos avec votre téléphone (des vraies, que vous gardez, et non pas les photos que vous avez faites en sortant le truc de sa boite)? N’avez-vous jamias regretté l’achat de votre montre clé USB? Allez on fait un concours… les objets convergents les plus cons.

3. Michem - 24 mai 2005

Objet n°1 : la bite WI-FI, qui se connecte automatiquement sur Internet à chaque relation sexuelle (développée en technologie "Open Pousse")

4. Raoul, of course - 24 mai 2005

Aiko (SONY): convergence entre le chien (wouarff) et le PDA

5. Raoul, le mec qui remplit les disques durs - 24 mai 2005

La caravane: la convergence entre la hutte (la grotte) et la bagnole

6. Caz - 8 mars 2006

Je suis assez d’accord avec cette (ces) analyse(s).
Meme si la convergence est un beau rêve; les dernieres années ont effectivement montré trop de tatonnement et de fausses bonnes idées pour prendre ce reve autant au sérieux que certains analystes le voudraient.

Selon moi, il y a beaucoup d’autres facteurs a prendre en compte :

D’abord le marché, LES marchés et la concurrence. Je me souviens d’une analyse qui m’avait déjà beaucoup fait rire sur le moment : certains prédisaient il y a environ 5 ans qu’aujourd’hui il n’y aurait plus de marché pour les appareils photos numériques; tellement les performances des téléphones mobiles allaient évoluer.
C’est sans compter sur les acteurs de la photo numérique, qui ont bien évidement fait évoluer eux aussi leurs produits (sans s’inquieter de l’evolution parallele des telephones mobiles, évidement).
Il existe bien aujourd’hui des téléphones mobiles "whatmille mégapixels"; mais ils auront toujours en temps de retard par rapport aux vrais appareils photos numériques proposés par les fabricants traditionnels (gestion de la stabilisation, du flash, algorithmes de traitement, souplesse mémoire, de réglage, de modes de prise de vue………)
Ces évolutions parallèles vont continuer.
Qu’un analyste vienne m’expliquer avec sérieux que dans 5 ans j’aurais les performances et la souplesse d’un reflex numérique dans mon téléphone mobile…

Autre facteur, l’ergonomie et l’utilisabilité (je fais une petite différence entre les deux aspects)…
La aussi, meme si on me promet pour après-demain un disque dur 20Go dans mon téléphone mobile pour écouter mes MP3; je pense que je n’en voudrais pas.
Pourquoi? Simplement parce que je n’ai pas envie de savoir comment gérer la prise de ligne avec mon "couteau suisse multimédia" quand un appel se présente pendant que j’écoute de la musique.
Parce que je n’ai pas forcément envie d’avoir mon téléphone sous la main quand je n’ai envie QUE d’écouter de la musique; et que je ne vois pas l’interet d’avoir sur moi un disque dur de 20Go qui consomme la batterie (et de l’espace) quand je n’ai PAS envie d’écouter de la musique.
Et enfin parce que je prefere continuer a gerer l’autonomie de 2 appareils distincts, sans m’inquieter de savoir que je risque de devenir injoignable parce qu’en vidant la batterie de mon MP3, c’est aussi celle de mon téléphone que je vide.
Enfin parce que si un jour j’ai envie de changer d’appareil, je ne serai pas obligé de changer les deux en un.

Quant a savoir si les lecteurs de MP3 continueront a exister quand tous les téléphones portables integreront ces fonctions, bah… Je pense qu’il y aura toujours un marché pour des lecteurs MP3 qui n’imposent pas un abonnement téléphonique!